Le trail perd-t-il son identité en étant réservé aux élites ?

Le 28 mars 2021 avait lieu la première course Trail de l’année en France. Le contexte sanitaire étant toujours très compliqué, toutes les courses officielles sont toujours à l’arrêt. Le Trail de la Cité de Pierres, dans l’Aveyron, a quant à lui pu se dérouler sous certaines conditions. L’une d’entre-elles étaient de réduire considérablement le nombre de participants en réservant la petite trentaine de dossards à une élite de la discipline.

Le Trail, et la course nature en générale, est aujourd’hui une des rares disciplines ouvertes à tout le monde qui permet aux amateurs de côtoyer les “élites” lors d’évènements où l’esprit de partage et de communion prend le pas sur la performance. Bien entendu, le Trail reste un sport de compétition pour les meilleurs coureurs de la planète. L’esprit de compétition y a évidemment une part assez importante pour une poignée de championnes et de champions. C’est cet esprit “bon-enfant” qui fait la réputation du Trail. Il y a quelques années, la discipline était encore peu connue du grand public et très peu médiatisée. De telles courses comptaient beaucoup moins de participants que de nos jours. Les coureurs du coin, venus apprécier les paysages d’une région qui se prête à l’exercice, alternaient marche rapide et course à pied pendant que le maigre peloton de tête filait tout droit vers leur objectif chrono.

Le contexte de la pratique du trail running est plus ou moins le même aujourd’hui. Cependant, sa médiatisation soudaine, notamment par l’émergence des réseaux sociaux et des influenceurs, fait que sa pratique est devenue “à la mode”. On compte désormais énormément plus de participants aux innombrables courses natures présentent dans tout bon calendrier de course à pied. Sur les courses phares les plus populaires ou les plus prisées, l’esprit de partage et bon-enfant laisse parfois la place aux placement de produits et à la rentabilité.

Blandine L'Hirondel - victorieuse du 34km - Crédit photo Distance.plus

C’est dans ce contexte que s’est tenu, le 28 mars 2021, le Trail de la Cité des Pierres, dont la première édition devait avoir lieu en 2020. L’annulation des courses, c’est un mal que connaissent tous les amoureux de la course à pieds, qu’ils soient amateurs ou professionnels, depuis mars 2020.
L’organisation a donc su s’adapter aux contraintes que nous impose le contexte actuel en limitant drastiquement le nombre de participants à cet évènement pour enfin tenir sa toute première édition. L’opportunité pour une poignée de chanceuses et de chanceux de raccrocher un dossards depuis longtemps et de profiter d’une des plus belles régions pour pratiquer le Trail Running. Au programme, une course de 15km avec seulement 6 participants et une course de 31km avec 24 participants.

Bien qu’on puisse féliciter l’organisation d’avoir su s’adapter et persister à continuer de faire vivre ce sport, il va sans dire que les coureurs amateurs, frustrés, eux aussi, de ne pouvoir assouvir leur envie d’accrocher un dossard y ont vu une forme d’injustice et d’élitisme, si loin des valeurs de la discipline.

Nous vivons une période inédite et très particulière. Nous pouvons applaudir les organisations de courses de persister et se battre pour que de tels évènements puissent avoir lieu malgré le contexte difficile. Passionnés et frustrés nous aussi, nous envoyons un gros cœurs avec les doigts à tous ceux qui voient en ces courses réservées aux élites une forme d’injustice. Avec l’espoir que, très prochainement, élites et amateurs puissent refaire leur course autour d’un ravito servi par un bénévole, qu’on pourra à nouveau serrer dans nos bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *